Archives des Actualité - AMSSNuR

DSC_0032-1280x851.jpg

21 janvier 2021

Dans le cadre des travaux de mise à niveau du cadre réglementaire national de la sûreté et de la sécurité nucléaires et radiologiques, l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) a organisé, les 12, 13 et 14 janvier 2021 à Rabat, quatre réunions du groupe de travail thématique au sein du Comité de mise à niveau du Cadre Réglementaire (CCR) chargé de la sûreté radiologique.

Ces réunions ont porté sur la présentation et la discussion des projets de textes suivants :

  1. Avant-projet de prescriptions techniques relatif aux critères de définition des expositions incidentelles ou accidentelles susceptibles de porter atteinte à la santé des patients ainsi qu’aux modalités de leur déclaration. Ce projet de texte est prévu en application des dispositions de l’article 38 du projet de décret relatif à l’utilisation des rayonnements ionisants à des fins médicales. Le système de déclaration défini dans les présentes prescriptions techniques n’a pas pour objet l’identification ou la sanction d’une personne. Il a pour objectif l’analyse des événements significatifs, qui est une source de connaissance destinée à faciliter l’évaluation ultérieure d’un incident ou d’un risque d’incident et à améliorer les pratiques mettant en œuvre les sources de rayonnements ionisants à des fins médicales.
  2. Avant-projet de décret relatif aux modalités techniques des inspections des activités, des installations et des sources de rayonnements ionisants y associées, prévu en application des dispositions des articles 135 et 187 de la loi n°142-12. Ce projet de texte a pour objet de compléter les procédures du droit commun et celles prévues au titre II de la loi précitée par les modalités techniques des inspections des installations, activités et sources de rayonnements ionisants y associées relevant des catégories I et II prévues à l’article 4 de la loi précitée. Ceci contribuera de manière efficace à l’encadrement juridique des inspections réglementaires réalisées par les inspecteurs spécialement habilités et commissionnés à cet effet par l’AMSSNuR.
  3. Avant-projet de prescriptions techniques relatif aux niveaux de référence pour l’exposition au radon dans les lieux recevant des membres du public, prévu en application des dispositions de la loi n°142-12, notamment son article 173. Ce projet de texte a pour objet de définir les modalités de mesurage de la concentration du radon dans les établissements recevant des membres du public et leur périodicité, ainsi que les actions correctives et travaux à mettre en œuvre afin de maintenir la concentration du radon en dessous du niveau de référence de 300Bq/m3.
  4. Avant-projet de prescriptions techniques relatives au zonage radiologique, prévu en application des dispositions de l’article 24 du projet de décret n° 2-20-146 relatif à la protection des travailleurs, du public et de l’environnement contre les rayonnements ionisants. L’objet de ce texte est de fixer les conditions et les modalités de création et de délimitation des zones réglementées contrôlées et surveillées autour des zones de travail où sont utilisées des sources de rayonnements ionisants ainsi que les règles d’accès auxdites zones.

Ont pris part à ces réunions les représentants d’AMSSNuR et, selon le projet de texte discuté, les représentants de différents Ministères et départements concernés, notamment ceux de la Direction des Médicaments et de la Pharmacie, de la Direction des Hôpitaux et des Soins Ambulatoires, de l’Ordre National des Médecins, de l’Ordre National des Médecins Dentistes, de la Direction Générale de la Protection Civile, de la Direction Générale de la Sûreté Nationale, des Forces Armées Royales (FAR), du Ministère du Travail et de l’Insertion professionnelle, du Ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, de l’Inspection Générale du Ministère de la Santé, de l’Institut de criminalistique de la Gendarmerie royale et du Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires.

Au cours des quatre réunions, axées sur la sûreté radiologique, AMSSNuR a présenté les avant-projets des textes précités et a recueilli les suggestions et les remarques des parties prenantes concernées. Les versions finales des projets de textes seront présentées à la prochaine réunion plénière du CCR et transmises au Chef du Gouvernement pour soumission au Secrétariat Général du Gouvernement.


Couv-Revue-2021-1.png

12 janvier 2021

Dans le cadre de sa stratégie de communication, l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) a lancé, le 06 janvier 2021, le deuxième numéro de la “Revue d’AMSSNuR“ du deuxième semestre 2020 qui est un nouveau support d’information destiné aux professionnels des secteurs nucléaire et radiologique et au grand public.

Grâce à cette publication proposant aux lecteurs de nombreux sujets, avec un accent particulier sur les activités d’AMSSNuR en matière de coopération africaine, l’Agence compte fournir (1) les dernières évolutions dans le domaine de la réglementation ; (2) présenter un focus sur la continuité des travaux de tous ses départements et de ses entités, particulièrement dans le contexte de la pandémie de la Covid-19, ; et (3) de retracer ses réalisations durant le second semestre 2020. Elle dresse ainsi un bilan offrant aux parties prenantes ainsi qu’au grand public une vue globale sur les activités et les actualités des secteurs de la sûreté et de la sûreté nucléaires et radiologiques au Royaume du Maroc.

En effet, cette édition de la Revue semestrielle d’AMSSNuR consacre sa première et sa deuxième section à ses actualités et aux événements qui ont marqué le deuxième semestre 2020. La troisième partie traite de l’état d’avancement du chantier de mise à niveau du cadre réglementaire de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques. Ensuite, la quatrième partie met en exergue  à la coopération africaine avant de présenter les webinaires organisés et/ou auxquels AMSSNuR a participé.

Il est à rappeler qu’AMSSNuR a mis en place toutes les mesures nécessaires et a adopté un plan de continuité permettant de poursuivre ses activités, malgré les circonstances caractérisées par la propagation de la Covid-19, et ce dans le respect des dispositions légales et réglementaires qui lui sont applicables.

En ce qui concerne l’exercice 2021, AMSSNuR réitère sa volonté de poursuivre ses efforts pour le renforcement de la sûreté et de la sécuritété nucléaires et radiologiques, dans l’objectif ultime de garantir la protection de l’Homme, de la société et de l’environnement contre les effets néfastes liés à l’utilisation des sources de rayonnements ionisants.

La Revue d’AMSSNuR est disponible pour lecture et téléchargement à cette adresse : https://amssnur.org.ma/publication/


ADII-AMSSNuR-PortNet.png

12 janvier 2021

Dans le cadre de la simplification des procédures administratives et de l’accélération de la transformation digitale amorcée lors de la pandémie de la Covid-19, AMSSNuR a procédé à la signature à distance, le 5 janvier 2021, avec l’Administration des Douanes et Impôts Indirects (ADII) et la société PortNet S.A d’une convention de partenariat pour la dématérialisation, via PortNet, des demandes d’autorisation d’importation, d’exportation ou de transit des sources de rayonnements ionisants déposées auprès d’AMSSNuR, ainsi que l’échange, via PortNet, des résultats de contrôle.

Cette convention a pour objectifs la simplification et la digitalisation des procédures de contrôle à l’importation et à l’exportation à travers l’échange informatisé des données via le Guichet Unique National des Procédures du Commerce Extérieur PortNet, l’amélioration des délais d’instruction des dossiers d’autorisations délivrées par AMSSNuR, notamment en ce qui concerne l’import-export et le transit desdites sources, ainsi que l’offre d’un parcours digital et simplifié pour l’utilisateur. A long terme, cette convention permettra d’institutionnaliser la collaboration entre les trois parties prenantes en vue de mener à bien leurs missions respectives au service de l’économie nationale d’une manière et sécurisée.

Il est à rappeler qu’AMSSNuR a initié, en 2020, le développement d’un système d’information intégré de gestion des activités réglementaire et de contrôle dans le but d’appuyer les programmes métiers d’AMSSNuR qui visent, entre autres, la mise à niveau du cadre réglementaire national de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques, le renforcement du système des autorisations et des inspections, la mise à jour et le maintien du registre national des sources de rayonnements ionisants et la promotion d’une culture de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques.

A travers cette convention, AMSSNuR compte bénéficier de la mise en réseau du dépôt des demandes avec les importateurs/exportateurs, ainsi que de la consultation des engagements via la plateforme communautaire de paiement multicanal de PortNet avec les établissements bancaires , ainsi que de la mise en réseau de la consultation et de l’émission des visas avec la douane.

Enfin, grâce à cette convention, AMSSNuR pourra assurer la fluidité des échanges concernant les demandes d’autorisation, développer des méthodes de gestion interne, continuer à améliorer sa performance, veiller au respect de la réglementation et garantir qu’un degré élevé de priorité soit accordé aux questions de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques.


Conseil-dadministration-2020.png

22 décembre 2020

Tenue à Rabat le 22 décembre 2020, la 5ème session du Conseil d’Administration de l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) a été présidée par Dr Saadeddine El Otmani, Chef du Gouvernement. Cette session a été consacrée à la présentation et à la discussion du rapport annuel 2019 d’AMSSNuR, du bilan des réalisations d’AMSSNuR par rapport à son plan stratégique 2017-2021 et du bilan de ses activités du 1er janvier à fin août 2020. L’ordre du jour de cette session du Conseil d’Administration d’AMSSNuR a porté également sur l’approbation du plan d’action pour l’année 2021 et du budget associé.

Les membres du Conseil d’Administration ont salué l’évolution significative réalisée par AMSSNuR grâce aux efforts qu’elle a déployés en termes (1) de mise à niveau du cadre réglementaire, et ce, en élaborant et en soumettant à l’approbation du gouvernement 22 projets de textes réglementaires, (2) d’octroi d’autorisations, (3) de réalisation des opérations d’inspection, (4) de conclusion d’accords de coopération à l’échelle régionale et internationale et (5) de communication et d’information du public.

Monsieur le Président a rappelé la diversité des applications nucléaires dans notre pays et leur apport indéniable en médecine, dans l’industrie, l’agriculture, la recherche scientifique et le transport, tout en notant l’importance du cadre réglementaire et du contrôle régis par la loi n°142-12 et ses textes d’application, dont 12 sont à la dernière phase d’approbation par le Gouvernement.

Par la suite, le Chef du Gouvernement a exhorté tous les intervenants à intensifier leurs efforts et à accélérer le rythme pour mettre en place le cadre réglementaire nécessaire à la mise en œuvre de la loi relative à la sûreté et à la sécurité nucléaires et radiologiques et à la création d’AMSSNuR, dans les délais légalement prévus, à savoir, avant octobre 2021, en tenant compte de la nécessité du respect des normes internationales en vigueur et afin d’honorer notre pays lors de la mission du Service Intégré d’Examen de la Réglementation (IRRS) qui sera entreprise par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) sur l’examen de l’infrastructure réglementaire en matière de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques en juin 2021, à la demande du Royaume du Maroc.

Dr. Khammar Mrabit, Directeur Général d’AMSSNuR, a rappelé la vision, les objectifs du plan stratégique 2017/2021 ainsi que les programmes mis en place pour assurer un haut niveau de sûreté et de sécurité dans toutes les installations et les activités mettant en jeu des sources de rayonnements ionisants, visant la protection des travailleurs, des citoyens et de l’environnement contre les risques potentiels y associés.

Ensuite, Dr Mrabit a présenté les principales réalisations d’AMSSNuR au titre des exercices 2019 et 2020, ainsi que le plan d’action au titre de l’exercice 2021 en termes de mise à niveau du cadre réglementaire, d’accompagnement et d’appui à l’Etat.

De plus, en 2019, AMSSNuR a inspecté plus de 988 installations et activités mettant en jeu des sources de rayonnements ionisants sur le territoire national y compris le réacteur de recherche nucléaire de la Maamora. Aussi, 973 autorisations ont été délivrées par AMSSNuR en 2019 soit 81 autorisations par mois.

Dans le cadre de sa vocation de veille permanente en matière de radioprotection sur le territoire national, AMSSNuR a initié en 2019 un projet de mise en place d’un réseau national de surveillance radiologique de l’environnement, et ce, en concertation avec la Direction Générale de la Météorologie (DGM). Les sondes de mesure de la radioactivité dans l’environnement, objet de ce projet, ont été installées cette année.

Dr Mrabit a rappelé qu’en 2020, et spécifiquement dès mi-mars, AMSSNuR a poursuivi le maintien de ses activités malgré les circonstances contraignantes relatives à la situation sanitaire mondiale lié à la Covid-19 en dématérialisant ses services, en optant pour le travail en rotation et le télétravail, en se mobilisant auprès de ses fournisseurs, ses prestataires de services et ses usagers, en continuant à délivrer les autorisations et en maintenant la communication et l’information du public surtout via ses canaux digitaux.

L’année 2020 a été aussi marquée par plusieurs reconnaissances internationales telles que la désignation de Dr Mrabit comme membre de la Commission internationale des normes de sûreté nucléaires (CNS) de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), pour un mandat de quatre ans.

La coopération internationale a été renforcée par le biais de la signature d’un mémorandum d’entente avec l’Autorité de Radioprotection, de Sûreté et de Sécurité Nucléaires de la République de Côte d’Ivoire (ARSN). La signature de ce mémorandum – portant sur l’échange d’informations techniques et la coopération dans les domaines de la sûreté et de la sécurité nucléaires et radiologiques – a eu lieu à distance au vu des circonstances sanitaires liées à la Covid-19.

Au volet managérial, AMSSNuR a poursuivi l’implémentation des pratiques de bonne gouvernance telles que recommandées par le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’Administration, dont le suivi est assuré par le Comité d’Audit et la réalisation de l’audit externe des comptes de l’Agence au titre de l’exercice 2019.

Enfin, Dr. Mrabit a souligné qu’AMSSNuR poursuivra, au titre de l’exercice 2021, ses efforts pour l’achèvement de la mise à niveau du cadre réglementaire et pour la poursuite des activités d’appui à l’Etat en matière de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques et des garanties nucléaires, ainsi que pour le renforcement de la coopération régionale et internationale et de la communication et l’information du public.

AMSSNuR est également décidée à renforcer son positionnement en Afrique en partageant son expertise via les réseaux de coopération régionaux et internationaux.

Le plan d’action 2021, a conclu le Directeur Général d’AMSSNuR, inclura également la mission d’inspection IRRS de l’AIEA « Integrated Regulatory Review Service » dont l’objectif est de renforcer et d’améliorer l’efficacité de l’infrastructure réglementaire nationale en matière de sûreté nucléaire et radiologique et de sûreté des déchets radioactifs et du transport. Ainsi, AMSSNuR procédera, sur la base des recommandations résultant de la mission IRRS, à l’élaboration d’un nouveau plan stratégique pour la période 2022-2026.

Le plan d’action 2021 sera également marqué par le déploiement d’encore plus d’efforts visant non seulement le renforcement du cadre législatif et réglementaire et des systèmes d’inspections et d’autorisations, mais aussi la confirmation du leadership régional et international de notre pays dans les domaines de la sûreté et de la sécurité nucléaires et radiologiques.


Exercice-ConvEx-AMSSNuR-1280x848.png

14 décembre 2020

En coopération avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), le Maroc a pris part, le 9 décembre 2020, à un exercice international de l’AIEA intitulé « ConvEx-2c », dont l’objectif est de tester les arrangements spécifiques aux situations d’urgence nucléaire ou radiologique transnationale.

Ont participé à cet exercice de préparation à une éventuelle situation d’urgence nucléaire outre des représentants d’AMSSNuR et du Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires, des représentants du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’Etranger, des Forces Armées Royales, du Ministère de l’Intérieur, de la Gendarmerie Royale, de la Direction Générale de la Sûreté Nationale, de la Direction Générale de la Protection Civile, de la Direction Générale de la Météorologie, du Centre National de Radioprotection et du Ministère de la Santé. ,

Au cours de cet exercice, les participants se sont entraînés sur le processus permettant à un État accidenté de notifier la communauté internationale d’une urgence nucléaire transnationale et de la réponse, et ce, tout au long de l’évolution de la situation d’urgence en (1) accusant réception des messages, (2) activant les dispositifs nationaux d’intervention d’urgence, (3) menant des activités d’évaluation et de pronostic, (4) déterminant et mettant en œuvre la réponse nationale à l’urgence pour protéger les ressortissants étrangers potentiellement affectés dans l’État où s’est produit l’accident, (5) partageant les informations pertinentes avec la communauté internationale et le public concernant la réponse nationale à l’urgence, et (6) offrant une assistance à la demande de l’État où s’est produit l’accident, si nécessaire.

En effet, la simulation de cet exercice a porté sur un accident nucléaire qui s’est produit dans une installation nucléaire qui se trouve en Finlande, à environ 250 kilomètres au nord-ouest d’Helsinki. Cette situation d’urgence liée à un problème du système de refroidissement d’une centrale nucléaire pouvait constituer un risque de contamination pour un groupe de jeunes marocains présents pour participer à une compétition de natation organisée dans la région où se situe l’installation nucléaire objet de l’exercice d’urgence.

Les organismes concernés se sont mobilisés pour répondre à cet accident, en accusant réception des messages reçus de l’AIEA puis en prenant les dispositions nécessaires et en informant le public. Cet exercice a également été l’occasion pour les participants d’activer les mécanismes de coordination et de communication générales entre les parties prenantes, ainsi que de tester la plateforme USIE qui est un système unifié d’échange d’informations en cas d’incidents et d’urgence, permettant aux points de contact des États parties aux conventions sur la notification rapide et sur l’assistance, et des États membres de l’AIEA, d’échanger les informations et la documentation lors d’incidents et d’urgences nucléaires ou radiologiques, indépendamment de leur cause, qu’elle soit liée à la sûreté ou à la sécurité.

Au terme de cet exercice, les participants ont apprécié le déroulement de l’exercice ainsi que les actions d’urgence entreprises tout au long de celui-ci et qui ont ainsi permis de répondre aux objectifs de l’exercice.

Cependant, les participants ont identifié certaines actions d’amélioration qui ont fait l’objet de recommandations en vue de renforcer davantage la conduite des interventions aux situations d’urgence à travers la mise en œuvre effective des procédures de préparation, d’intervention et de réponse aux situations d’urgence nucléaire ou radiologique.


Atelier-national-sur-la-surveillance-radiologique-AMSSNuR-1280x850.png

14 décembre 2020

Dans le cadre du projet de coopération avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) MOR9019 intitulé « Building Capacity of the Regulatory Body on Radiological Safety and Environmental Monitoring »,  l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) et le Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN) coorganisent, du 14 au 18 décembre 2020 à Rabat, un atelier national sur la surveillance radiologique de l’environnement.

Cet atelier vise à fournir le support nécessaire au développement d’un programme de surveillance radiologique de l’environnement au regard des prescriptions et recommandations internationales et les participants sont des experts de l’AIEA ainsi que des représentants d’AMSSNuR, du CNESTEN, de la Direction Générale de la Météorologie (DGM), de la Direction Générale de la Protection Civile (DGPC), du Centre National de Radioprotection (CNRP) et du Groupe OCP.

A travers sa participation à cet atelier, AMSSNuR compte présenter son projet de stratégie de surveillance radiologique de l’environnement ayant pour objectif d’assurer une surveillance radiologique adéquate de l’environnement dans des situations d’exposition normales et en cas d’urgence nucléaire ou radiologique. AMSSNuR procèdera par la suite au recueil des remarques des parties prenantes nationales puis des recommandations des experts de l’AIEA pour améliorer ce projet de stratégie, souligne Dr. Khammar Mrabit, Directeur Général d’AMSSNuR.

Il est à noter que ce projet de stratégie a été élaboré par AMSSNuR conformément aux dispositions de la loi n°142-12, notamment son article 172 qui stipule qu’une partie des missions confiées à AMSSNuR est « d’assurer une veille permanente en matière de sûreté et de sécurité radiologiques et nucléaires, de garanties et de non-prolifération, ainsi qu’en matière scientifique, sanitaire et médicale concernant les effets des rayonnements ionisants sur la santé, prenant en compte les évolutions au niveau international ».

De son côté, le CNESTEN va présenter, au cours de cet atelier, ses compétences et son infrastructure en termes de recherche et de développement dans le domaine de l’environnement.

Après avoir révisé, mis à jour et compilé les informations au niveau national sur la législation, la réglementation, les programmes de surveillance et l’infrastructure dédiés, l’AIEA fournira le support nécessaire au développement et à la planification de la mise en œuvre et de l’amélioration continue de la stratégie et des programmes de surveillance radiologique de l’environnement au niveau national.


Photo-1.jpg

10 décembre 2020

Dans le cadre des engagements pris par notre pays à travers les conventions internationales de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques et les recommandations et orientations de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), Dr Khammar Mrabit, Directeur Général de l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR), a présidé, du 3 au 4 décembre 2020, la réunion technique des États parties de la Convention sur la Protection Physique des Matières Nucléaires (CPPNM) et de son amendement.

A l’occasion de cet événement international, tenu à distance en raison des restrictions de déplacement liées à la Covid-19, et en présence de plus de 130 participants, Dr Mrabit a mis en avant les principales réalisations nationales, dont la création de l’autorité réglementaire et de contrôle marocaine « AMSSNuR », ainsi que les étapes franchies dans le cadre de la mise en œuvre d’un système national de sécurité nucléaire. Aussi, Dr  Mrabit a rappelé l’importance qu’accorde le Royaume du Maroc à la coopération internationale et à la coopération africaine en particulier.

Dans ce sens, le Royaume du Maroc compte abriter, du 22 au 25 juin 2021, un atelier régional sur la promotion de l’universalisation de la Convention sur la Protection Physique des Matières Nucléaires (CPPNM) et son amendement, et ce en vue d’inviter les pays africains, qui ne l’ont pas encore fait, à adhérer à cet instrument juridique important dans le domaine de la protection physique des matières nucléaires.

En effet, la CPPNM fournit les outils nécessaires pour protéger les installations nucléaires, ainsi que les matières nucléaires utilisées, entreposées et transportées au niveau national et international. En outre, elle peut contribuer à garantir que toute personne impliquée dans des actes criminels impliquant des matières nucléaires se verra refuser l’asile sûr et sera traduite en justice.

Il y a lieu de souligner que le Royaume du Maroc a ratifié toutes les conventions internationales de sécurité et de sûreté nucléaires y compris la CPPNM et son amendement, ce qui lui a concédé une reconnaissance à l’échelle internationale, qui se traduit par la désignation du Royaume pour la présidence et/ou la participation à des évènements internationaux.

Par ailleurs, le Royaume du Maroc demeure disposé et déterminé à partager son expertise avec le continent africain, en mettant ainsi ses plateformes techniques, son expérience et l’expertise de ses ressources humaines à la disposition des pays confrères africains.


hadi1-1280x828.png

2 décembre 2020

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet de coopération de l’Union Européenne (UE) avec l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) portant sur le développement de ses capacités et le renforcement du cadre réglementaire national de sûreté nucléaire, le Comité mixte du suivi regroupant des représentants de l’Agence, de l’UE et du consortium RISKAUDIT a tenu sa cinquième réunion semestrielle du 25 au 26 novembre 2020.

L’objectif de cette réunion virtuelle était de présenter et discuter l’état d’avancement et les orientations à donner aux onze activités inscrites dans ce projet couvrant respectivement le cadre réglementaire, le système de gestion intégré, le développement des ressources humaines, les procédures réglementaires, la préparation et l’intervention en cas de situation d’urgence, l’optimisation des expositions médicales, la gestion des déchets radioactifs, les garanties nucléaires, les sources radioactives orphelines, l’agrément des services et la communication.

Initié en 2018, ce projet de coopération, d’un montant de 2 millions d’Euros financé par l’UE, s’étale sur cinq années et nécessite de la part des partenaires un suivi strict en termes d’engagement, de réalisations et d’évaluation de son impact sur le développement des capacités d’AMSSNuR.

A l’occasion de cette réunion, l’ensemble des représentants européens et marocains ont apprécié l’appropriation des activités de ce projet par AMSSNuR et leur intégration dans son plan stratégique 2017/2021. Il a été noté qu’à l’exception des déplacements à l’étranger et au Maroc qui étaient gelés, ces activités se sont déroulées normalement en 2020 et ce, en dépit des conditions liées à la Covid-19.

En termes d’orientations du plan d’action 2021, qui constitue l’étape finale du projet, les participants à cette réunion ont souligné l’importance d’accélérer l’exécution des activités reportées de l’année 2020, dues à la limitation des réunions en présentiel, d’accroitre les réunions virtuelles, de renforcer la communication entre les trois parties et de consolider les réalisations dans le cadre de l’évaluation globale du plan stratégique d’AMSSNuR.

En clôturant les travaux de cette rencontre virtuelle à laquelle ont participé une trentaine d’experts marocains et européens, Dr Khammar Mrabit, Directeur Général d’AMSSNuR, a salué les réalisations et les efforts consentis, lesquels ont permis à ce projet d’être un modèle pour l’Afrique.

A cet effet, Dr Mrabit a rappelé sa volonté et son engagement à promouvoir les retombées de ce projet de coopération dans le cadre de sa présidence du réseau africain des autorités de sûreté nucléaire ainsi qu’auprès de l’AIEA, notamment à l’occasion de sa mission « Service intégré d’examen de la réglementation » (IRSS) prévue en juin 2021 au Maroc.

Ce projet de coopération, a-t-il conclu, constituera un modèle à partager avec les autorités consœurs en Afrique dans le cadre de la coopération triangulaire du Royaume du Maroc, des autres pays Africains et de l’Union Européenne.


The-Gate-to-Africa.png

30 novembre 2020

L’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) a émis, le 21 novembre 2020, une nouvelle publication sur la sécurité du transport intitulée « Programme d’exercices : La porte de l’Afrique (Gate to Africa) : Exercices conjoints maroco-espagnols sur table et sur le terrain sur la sécurité du transport maritime des matières radioactives ». Cette publication relate les détails de la planification, de la conduite et de l’évaluation de la série d’exercices « Gate to Africa » réalisés sur table et sur le terrain en 2015.

Par ailleurs, cette publication résume le programme d’exercices « Gate to Africa », dont le principal objectif était de discuter et d’évaluer l’état de préparation et de réponse à un éventuel événement de sécurité nucléaire impliquant le transport maritime de sources radioactives. Elle décrit également les scénarios et la méthodologie utilisés et met en avant les leçons apprises et les résultats de chaque exercice réalisé dans cette série.

En effet, cette publication est destinée à aider les autres États membres de l’AIEA intéressés par la mise en œuvre de leurs propres exercices de sûreté du transport, en leur offrant une référence documentaire avec des données précises et des cas pratiques.

Pour rappel, le Royaume du Maroc, l’Espagne et l’AIEA ont organisé conjointement, en 2012, un séminaire technique sur le risque du terrorisme nucléaire. Cela a conduit à l’adoption d’un plan d’action conjoint qui a fourni un cadre adéquat pour la conduite d’exercices en cas d’événements de sécurité nucléaire et d’urgences radiologiques. Le programme d’exercices « Gate to Africa » sur la sécurité du transport est une mise en œuvre du plan d’action conjoint.

Les leçons apprises de ces exercices ont également été utilisées pour élaborer une autre publication de l’AIEA sur la préparation, la conduite et l’évaluation des exercices de sécurité du transport des matières nucléaires et d’autres matières radioactives ainsi que pour la révision du guide d’application de l’AIEA sur la sécurité du transport des matières radioactives.

La participation du Royaume du Maroc à la préparation et à la conduite des exercices « Gate to Africa » représente une contribution substantielle au renforcement du régime international de sécurité nucléaire.

Rapport PDF : The Gate to Africa :Exercise programme: Morocco–Spain joint tabletop and field exercises on Maritime Security of Radioactive Material in Transport


mauritanie-1280x812.png

26 novembre 2020

 

Dans le cadre de la vision clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI en faveur de la coopération Sud-Sud, du co-développement et de l’intégration du continent africain, Dr Khammar Mrabit, Directeur Général de l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR), a reçu, le 19 novembre 2020, une visite de Monsieur Ishagh Mohamed Moussa, le nouveau Président de l’Autorité Nationale de Radioprotection, de Sûreté et de Sécurité Nucléaire de la République Islamique de Mauritanie (ARSN), accompagné de M. Deide Ahmed Bezeid.

A cette occasion, le Directeur Général d’AMSSNuR a réitéré l’engagement d’AMSSNuR dans le renforcement de la coopération au niveau régional et a confirmé sa pertinence dans le raffermissement de cette coopération  en matière de formation, de partage des connaissances et d’expériences dans les domaines de la sûreté et de la sécurité nucléaires et radiologiques.

Pour rappel, AMSSNuR a signé, en janvier 2019, un mémorandum d’entente avec l’ARSN (Mauritanie) portant sur le développement de la coopération dans les domaines de la sûreté, de la sécurité et des garanties nucléaires. L’objectif de ce mémorandum était la mise en place d’un cadre de coopération et d’échange entre les deux organismes, couvrant notamment les domaines de la sûreté et de la sécurité radiologiques et nucléaires, la stratégie d’architecture de détection nucléaire et les situations d’urgence radiologique ou nucléaire.

En 2021, AMSSNuR compte renforcer davantage sa coopération Sud-Sud avec les autorités consœurs dans les pays africains afin de partager l’expérience développée dans ses domaines d’activités, notamment en matière de contrôle réglementaire des applications mettant en œuvre des sources de rayonnements ionisants, et ce à travers les réseaux de collaboration (FNRBA, iNET-EPR..) qu’elle préside ou dont elle fait partie. Elle compte également mettre à la disposition de ces pays l’assistance qu’elle reçoit de ses partenaires dont l’infrastructure nucléaire est développée et solide.


X
X
Aller au contenu principal