Archives des Actualités internationales - AMSSNuR

CC-AIEA-AMSSNuR-1280x853.jpg

13 juillet 2021

Le 13 juillet 2021, s’est tenue à Vienne la cérémonie de signature d’un accord entre l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) et l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), et de remise de la plaque de « Centre Collaborateur ».

Ont participé à cet évènement :

  1. E. M. Azzedine FARHANE, Ambassadeur et représentant permanent du Royaume auprès des Organisations Internationales à Vienne ;
  2. Khammar MRABIT, Directeur Général d’AMSSNuR ;
  3. Mme Lydie Evrard, Directrice Générale Adjointe Chef de la Division de la Sûreté et de la Sécurité Nucléaires à l’AIEA ;
  4. Mme Elena Buglova, Directrice de la Division de la Sécurité Nucléaire à l’AIEA ;
  5. Daming Liu, Chef de la Section de la Sécurité Nucléaire des matières hors contrôle réglementaire à l’AIEA ;
  6. Nigel Tottie, Chef du Service de l’infrastructure de réponse institutionnelle, matières hors contrôle réglementaire à l’AIEA ;
  7. Sasha Damjanac, Chef de la Section de la Gestion des contrats de recherche à l’AIEA ; et
  8. Fei Liu, Chargé de la Sécurité Nucléaire des matières hors contrôle réglementaire à l’AIEA.

En vertu de cet accord, AMSSNuR devient le 1er Centre Collaborateur africain de l’AIEA pour le renforcement des capacités en matière de sécurité nucléaire, pour la période 2021-2024, selon un plan d’action spécifique visant à :

  • Assister les États membres dans l’élaboration du cadre réglementaire relatif à la sécurité nucléaire de leurs pays respectifs ;
  • Développer les capacités nationales et régionales, notamment africaines ;
  • Renforcer la coopération régionale et internationale dans le domaine de la sécurité nucléaire.

A l’occasion de la signature de cet accord, les deux parties ont passé en revue les différentes opportunités de coopération visant le renforcement des capacités, nationales et régionales, en matière de sécurité nucléaire.

En outre, M. Khammar MRABIT a réitéré l’engagement d’AMSSNuR à renforcer les capacités en matière de sécurité nucléaire à travers plusieurs canaux, notamment les réseaux de coopération tels que le Forum des Autorités Réglementaires en Afrique (FNRBA), à faciliter la coopération entre l’AIEA et les autres pays africains en matière de formation, de partage de connaissances et d’expériences dans le domaine de la sécurité nucléaire, et ce, en harmonie avec la vision perspicace et clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu Le glorifie, en faveur du raffermissement de la coopération Sud-Sud.

Assurément, cette désignation d’AMSSNuR, à très haut niveau, comme premier Centre Collaborateur africain pour le renforcement des capacités en matière de sécurité nucléaire, constitue une reconnaissance internationale des efforts entrepris par le Royaume du Maroc dans le domaine de la sécurité nucléaire et témoigne de l’excellence des relations de coopération entre notre pays et l’AIEA et de la réputation de la sécurité nucléaire au Royaume du Maroc au niveau mondial.

Pour rappel, AMSSNuR est chargée d’approuver les mesures prises par les exploitants lors de la soumission de demandes d’autorisations et de vérifier, lors des inspections réglementaires, le respect des dispositions de la loi n° 142-12 et des textes réglementaires pris pour son application. Ceci a pour but d’assurer la protection des matières nucléaires et d’autres matières radioactives contre le vol ou le sabotage pendant l’utilisation, l’entreposage ou le transport, ainsi que la protection des installations associées, et ce, conformément aux engagements internationaux en matière de sécurité nucléaire, tels que la Convention de Protection Physique des Matières Nucléaires (CPPMN) et son Amendement, ainsi qu’aux recommandations internationales en la matière.

Cette reconnaissance vient couronner les efforts fournis par AMSSNuR depuis sa création dans le domaine de la sûreté et de la sécurité nucléaires et radiologiques et sa veille permanente sur toutes les opportunités pour les mettre en faveur des pays africains membre de l’AIEA.


centre-collaborateur-AIEA.png

30 juin 2021

Le 23 juin 2021, l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) a été désignée comme premier Centre Collaborateur en Afrique de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) pour le renforcement des capacités en matière de sécurité nucléaire pour quatre ans (2021 à 2025). Ce centre a pour objectifs de :

  • Assister les États membres dans l’élaboration du cadre réglementaire relatif à la sécurité nucléaire de leurs pays respectifs ;
  • Développer les capacités nationales et régionales, notamment africaines ;
  • Renforcer la coopération régionale et internationale dans le domaine de la sécurité nucléaire.

Un Centre Collaborateur de l’AIEA peut être une institution, un département ou un laboratoire d’un État membre de l’AIEA, désigné par l’AIEA. Il vise à appuyer les activités programmées de l’AIEA par la mise en œuvre d’un plan d’action convenu avec la ou les divisions compétentes de l’AIEA. L’Accord entre l’AIEA et le Centre Collaborateur est un document juridiquement contraignant signé par les deux parties, et contient, entre autres, leurs engagements, la durée de la désignation, les objectifs, les activités et les résultats escomptés énoncés dans le plan d’action.

À ce titre, il importe de souligner qu’AMSSNuR a contribué activement au renforcement des capacités en matière de sécurité nucléaire à travers plusieurs activités de coopération régionale et internationale, notamment l’organisation de la 3ème Conférence Internationale des Régulateurs sur la Sécurité Nucléaire en 2019, qui s’est déroulée à Marrakech sous le Haut-Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, l’accueil de stagiaires africains, l’organisation de visites scientifiques et de missions d’experts au profit de plusieurs autorités consœurs, ainsi que de plusieurs ateliers et cours de formation dans le domaine de la sécurité nucléaire.

Il est à noter qu’AMSSNuR dirige un groupe de travail thématique sur la sécurité nucléaire au sein du Forum des organismes nucléaires en Afrique (FNRBA), présidé par son Directeur General, Dr. Khammar Mrabit.

Pour rappel, AMSSNuR a été désignée, en 2019, comme premier Centre Régional de l’AIEA en Afrique pour le développement des compétences en matière de préparation et de réponse aux situations d’urgence nucléaire ou radiologique.


inssp-1-1280x827.png

23 juin 2021

L’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) et l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) ont organisé le 21 juin 2020, une réunion virtuelle de coordination dans le cadre du Plan Intégré de Soutien à la Sécurité Nucléaire du Maroc (INSSP)”.

Cette réunion était ouverte à toutes les parties prenantes nationales ayant des responsabilités en matière de sécurité nucléaire, ainsi qu’aux experts en la matière relevant d’organisations internationales de sécurité nucléaire concernés par la mise en œuvre des projets liés à l’INSSP, particulièrement au Royaume du Maroc.

La réunion a permis d’aborder les besoins prioritaires du Royaume du Maroc en matière de sécurité nucléaire dans l’attente de la révision de l’INSSP. Elle a permis également de mettre en exergue les actions de soutien de l’AIEA et des partenaires internationaux dans les différents domaines de la sécurité nucléaire au Royaume du Maroc.

A ce titre, Dr Khammar Mrabit, Directeur Général d’AMSSNuR, a remercié l’ensemble des participants, en particulier l’AIEA et les autres partenaires, pour leur engagement et accompagnement dans la mise en œuvre du Plan Intégré de Soutien à la Sécurité Nucléaire du Maroc.

En effet, l’INSSP est un élément clé du programme de l’AIEA dans le domaine de la sécurité nucléaire. Il est non contraignant et vise à identifier les actions nécessaires pour garantir que le régime national de sécurité nucléaire soit efficace et durable.

En outre, les représentants d’AMSSNuR ont exposé les réalisations de notre Royaume en termes de législation et de réglementation, de prévention, de détection, de réponse et de durabilité et ont exprimé les besoins prioritaires de notre pays dans les domaines précités.

Pour rappel, en 2019, le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, en tant qu’autorité gouvernementale chargée de la coordination des interactions avec l’AIEA, a décidé d’un commun accord avec les autres parties prenantes nationales de désigner AMSSNuR en tant que secrétariat du comité de coordination de l’INSSP au niveau national.


FNRBA-AFCONE-1280x683.png

1 juin 2021

Le 1er juin 2021 s’est tenue une réunion importante entre le Forum des Organismes de Réglementation Nucléaire en Afrique (FNRBA) et la Commision Africaine de l’Énergie Nucléaire (AFCONE), portant sur l’identification des moyens et des mécanismes de développement du partenariat entre les deux organismes régionaux en matière de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques.

Lors de cette réunion virtuelle, à laquelle ont participé des représentants des groupes thématiques du FNRBA et des experts de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), Dr Khammar MRABIT, Président du FNRBA et M. Messaoud BAALIOUAMER, Secrétaire Exécutif d’AFCONE, ont tenu des discussions  portant sur les moyens et les mécanismes nécessaires pour l’élaboration d’un cadre de partenariat entre les deux organismes régionaux, et couvrant les six thématiques dans lesquelles le FNRBA intervient, à savoir l’infrastructure législative et réglementaire, la radioprotection et la sûreté des déchets, l’infrastructure de sûreté nucléaire, la préparation et l’intervention en cas de situation d’urgence, l’infrastructure de sûreté du transport et l’infrastructure de sécurité nucléaire.

En guise de conclusion, cette réunion a souligné la nécessité de programmer des activités conjointes dans les domaines de la sécurité et de la sûreté nucléaires dans le cadre de ce partenariat, au profit du continent africain.

Il est à noter que le FNRBA, présidé par le Royaume du Maroc en la personne de Dr Mrabit pour la période 2019-2021, a été créé en 2009 et a été officiellement reconnu comme organisation intergouvernementale régionale en septembre 2019, avec pour objectif d’améliorer, de renforcer et d’harmoniser l’infrastructure réglementaire en matière de radioprotection, de sûreté et de sécurité nucléaires, ainsi que la culture de sûreté et de sécurité parmi ses 34 États membres, et que l’AFCONE, créée en vertu du Traité de Pelindaba en 2009, œuvre pour la promotion de l’application pacifique de la science et de la technologie nucléaires en Afrique.


ANNuR.png

19 mai 2021

L’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) a pris part, le mardi 18 mai 2021, aux travaux de la douzième réunion des Autorités Réglementaires Nucléaires Arabes organisée par le réseau des Autorités Réglementaires Nucléaires Arabes (ANNuR) et l’Agence Arabe de l’Energie Atomique (AAEA).

Tenue à distance et en langue arabe, cette réunion a porté sur des sujets d’importance accrue relatifs au contrôle réglementaire dans les domaines nucléaires et radiologiques et au développement des capacités humaines, techniques et organisationnelles nécessaires pour assurer un haut niveau de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques. Cette réunion a aussi identifié les actions concrètes que les États arabes devraient entreprendre en vue d’établir et/ou d’améliorer leur infrastructure réglementaire nationale, notamment par le biais de l’éducation et de la formation.

En effet, cette réunion s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de “La stratégie arabe pour l’utilisation pacifique de l’énergie atomique” et en particulier du plan d’action du projet intitulé “Renforcement des cadres réglementaires et législatifs pour les activités nucléaires et radiologiques dans les pays arabes” qui a été approuvé par de hauts responsables de ces pays.

Les objectifs de cette réunion étaient d’évaluer le progrès réalisé par le réseau ANNuR, d’estimer les besoins actuels et futurs des autorités nucléaires arabes, de mettre en place un programme arabe de formation et de qualification des officiers de la sûreté radiologique et d’échanger les bonnes pratiques développées en termes de surveillance radiologique de l’environnement et de la notification rapide.

Dans ce sens, Dr. Khammar Mrabit, Directeur Général d’AMSSNuR, a partagé l’expérience marocaine  dans le développement et le renforcement du cadre réglementaire de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques, ainsi que dans l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies nationales dédiées à la formation théorique et pratique en sûreté et sécurité nucléaires et radiologiques et à la surveillance radiologique de l’environnement.

Dr. Mrabit a également souligné l’importance de déployer des mécanismes de coopération visant l’échange des expériences et le partage des bonnes pratiques. Il a également manifesté la volonté et l’engagement d’AMSSNuR à mettre à profit ses acquis, et ce, en mettant en œuvre des actions de coopération bilatérale et multilatérale, notamment à travers les réseaux de collaboration, tels que le Forum des Autorités Réglementaires Nucléaires en Afrique (FNRBA) présidé par Dr. Mrabit, ainsi que les missions d’experts, les stages de formation et les visites techniques et scientifiques.

Enfin, la douzième réunion des autorités nucléaires arabes a permis d’échanger des connaissances et des expériences entre les différents pays arabes. Cet esprit de partage favorise, à moyen et à long terme, l’amélioration, le renforcement et l’harmonisation des infrastructures et des cadres réglementaires nucléaires et radiologiques nationaux et vise à soutenir le système mondial de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques.


Capture-EPR1-1280x685.png

29 avril 2021

Dr Khammar Mrabit, Directeur Général de l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) a pris part à un séminaire organisé conjointement par la Division de la Sécurité Nucléaire et le Centre des Incidents et des Urgences de la Division de la Sûreté et de la Sécurité Nucléaires, relevant de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA).

Tenu à distance et en langue arabe le 29 avril 2021, ce séminaire a porté sur le renforcement des capacités nationales dans les domaines de la sécurité et de la Préparation et de la Conduite des Interventions.

L’objectif de ce séminaire était de discuter la méthodologie de l’AIEA en matière de renforcement des capacités des Etats Membres dans ces domaines, tout en présentant les programmes d’appui offerts par l’AIEA. Il visait également la définition des rôles et des responsabilités des organisations qui participent dans le développement des capacités, ainsi que la détermination du rôle important des partenariats dans les activités de renforcement desdites capacités.

A travers sa présentation portant sur l’expérience marocaine en matière de renforcement des capacités nationales dans le Royaume du Maroc, Dr Mrabit a présenté les missions, les objectifs et les partenariats d’AMSSNuR, l’autorité réglementaire marocaine reconnue par l’AIEA en tant que premier centre africain de renforcement des capacités en Afrique en matière de préparation et de réponse aux urgences nucléaires et radiologiques.

Par la suite, Dr Mrabit a rappelé l’ensemble des évènements, visant le renforcement des capacités nationales, organisés par AMSSNuR dont, le cours régional de l’Ecole de gestion des situations d’urgence radiologique tenue en 2018, en plus des divers ateliers de formation nationaux et régionaux sur la préparation et la conduite des interventions en cas de situation d’urgence nucléaire ou radiologique, organisés avec le soutien de l’AIEA et de l’Union Européenne.

Aussi, Dr Mrabit a présenté les quatre exercices de terrain relatifs aux situations d’urgence radiologiques qui ont été déclenchées par des événements de sécurité, organisés dans quatre régions du Royaume par la Direction Générale de la Protection Civile.

Enfin Dr Mrabit a partagé les bonnes pratiques en termes de gestion des ressources humaines d’AMSSNuR et a manifesté l’engagement d’AMSSNuR à renforcer et à maintenir les capacités nationales, y compris la formation et l’éducation sur la préparation et la conduite des interventions en cas de situation d’urgence nucléaire ou radiologique, et ce à travers le centre de renforcement des capacités d’AMSSNuR.


Exercises-in-Emergencies-Triggered-by-NSE-VA.png

2 mars 2021

Dr Khammar Mrabit, Directeur Général de l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR), a présidé, le 25 février 2021, un webinaire sur les urgences déclenchées par des événements de sécurité nucléaire, organisé par le Centre des Incidents et des Urgences de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), pour le partage d’informations et l’échange d’expériences sur la préparation aux situations d’urgence et les dispositions d’intervention en cas d’événements de sécurité nucléaire.

Ce webinaire, auquel plus de 400 personnes se sont enregistrées, a été tenu en langue arabe, l’une des six langues officielles du système des Nations Unies. Il a été ouvert par Dr Mrabit, qui a rappelé l’importance de l’organisation de plus en plus d’événements en arabe par l’AIEA, qui représente un grand avantage pour les pays arabophones, non seulement parce que les documents présentés sont plus faciles à comprendre, mais aussi parce que les sujets sont pertinents pour la région. Dr Mrabit a également manifesté sa volonté de renforcer la coopération d’AMSSNuR avec l’AIEA afin d’aider les États membres arabophones de l’AIEA à améliorer leurs capacités de préparation et de réponse en cas de situations d’urgence nucléaires ou radiologiques.

En outre, une multitude de thématiques ont été abordées lors de cet événement virtuel dont (1) la sensibilisation aux aspects liés à la sécurité nucléaire dans le cadre des prescriptions générales de sûreté n° GSR Part 7, (2) la discussion des défis de la coordination de la réponse aux urgences déclenchées par des événements de sécurité nucléaire, et (3) la sensibilisation au rôle de l’AIEA dans la préparation et la réponse à une urgence nucléaire ou radiologique déclenchée par un événement de sécurité nucléaire.

Par ailleurs, Dr Mrabit a présenté l’expérience du Royaume du Maroc, en tant qu’Etat Membre de l’AIEA, qui a organisé, en collaboration avec cette dernière, l’exercice très réussi de crise ConvEx-3 en 2013, intitulé Bab Al Maghrib et auquel 59 pays et 8 organisations régionales et internationales ont pris part.

Enfin, Dr. Mrabit a évoqué les bonnes pratiques que le Royaume du Maroc a identifiées et adoptées suite à l’organisation et à la participation à ce type d’exercices, par un nombre important de participants nationaux qui ont démontré leur ferme engagement en vue d’assurer l’amélioration continue de la préparation et de la réponse aux situations d’urgence nucléaires ou radiologiques pouvant se produire sur le territoire national ou susceptibles de l’affecter.


Exercice-ConvEx-AMSSNuR-1280x848.png

14 décembre 2020

En coopération avec l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), le Maroc a pris part, le 9 décembre 2020, à un exercice international de l’AIEA intitulé « ConvEx-2c », dont l’objectif est de tester les arrangements spécifiques aux situations d’urgence nucléaire ou radiologique transnationale.

Ont participé à cet exercice de préparation à une éventuelle situation d’urgence nucléaire outre des représentants d’AMSSNuR et du Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires, des représentants du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains résidant à l’Etranger, des Forces Armées Royales, du Ministère de l’Intérieur, de la Gendarmerie Royale, de la Direction Générale de la Sûreté Nationale, de la Direction Générale de la Protection Civile, de la Direction Générale de la Météorologie, du Centre National de Radioprotection et du Ministère de la Santé. ,

Au cours de cet exercice, les participants se sont entraînés sur le processus permettant à un État accidenté de notifier la communauté internationale d’une urgence nucléaire transnationale et de la réponse, et ce, tout au long de l’évolution de la situation d’urgence en (1) accusant réception des messages, (2) activant les dispositifs nationaux d’intervention d’urgence, (3) menant des activités d’évaluation et de pronostic, (4) déterminant et mettant en œuvre la réponse nationale à l’urgence pour protéger les ressortissants étrangers potentiellement affectés dans l’État où s’est produit l’accident, (5) partageant les informations pertinentes avec la communauté internationale et le public concernant la réponse nationale à l’urgence, et (6) offrant une assistance à la demande de l’État où s’est produit l’accident, si nécessaire.

En effet, la simulation de cet exercice a porté sur un accident nucléaire qui s’est produit dans une installation nucléaire qui se trouve en Finlande, à environ 250 kilomètres au nord-ouest d’Helsinki. Cette situation d’urgence liée à un problème du système de refroidissement d’une centrale nucléaire pouvait constituer un risque de contamination pour un groupe de jeunes marocains présents pour participer à une compétition de natation organisée dans la région où se situe l’installation nucléaire objet de l’exercice d’urgence.

Les organismes concernés se sont mobilisés pour répondre à cet accident, en accusant réception des messages reçus de l’AIEA puis en prenant les dispositions nécessaires et en informant le public. Cet exercice a également été l’occasion pour les participants d’activer les mécanismes de coordination et de communication générales entre les parties prenantes, ainsi que de tester la plateforme USIE qui est un système unifié d’échange d’informations en cas d’incidents et d’urgence, permettant aux points de contact des États parties aux conventions sur la notification rapide et sur l’assistance, et des États membres de l’AIEA, d’échanger les informations et la documentation lors d’incidents et d’urgences nucléaires ou radiologiques, indépendamment de leur cause, qu’elle soit liée à la sûreté ou à la sécurité.

Au terme de cet exercice, les participants ont apprécié le déroulement de l’exercice ainsi que les actions d’urgence entreprises tout au long de celui-ci et qui ont ainsi permis de répondre aux objectifs de l’exercice.

Cependant, les participants ont identifié certaines actions d’amélioration qui ont fait l’objet de recommandations en vue de renforcer davantage la conduite des interventions aux situations d’urgence à travers la mise en œuvre effective des procédures de préparation, d’intervention et de réponse aux situations d’urgence nucléaire ou radiologique.


Photo-1.jpg

10 décembre 2020

Dans le cadre des engagements pris par notre pays à travers les conventions internationales de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques et les recommandations et orientations de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), Dr Khammar Mrabit, Directeur Général de l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR), a présidé, du 3 au 4 décembre 2020, la réunion technique des États parties de la Convention sur la Protection Physique des Matières Nucléaires (CPPNM) et de son amendement.

A l’occasion de cet événement international, tenu à distance en raison des restrictions de déplacement liées à la Covid-19, et en présence de plus de 130 participants, Dr Mrabit a mis en avant les principales réalisations nationales, dont la création de l’autorité réglementaire et de contrôle marocaine « AMSSNuR », ainsi que les étapes franchies dans le cadre de la mise en œuvre d’un système national de sécurité nucléaire. Aussi, Dr  Mrabit a rappelé l’importance qu’accorde le Royaume du Maroc à la coopération internationale et à la coopération africaine en particulier.

Dans ce sens, le Royaume du Maroc compte abriter, du 22 au 25 juin 2021, un atelier régional sur la promotion de l’universalisation de la Convention sur la Protection Physique des Matières Nucléaires (CPPNM) et son amendement, et ce en vue d’inviter les pays africains, qui ne l’ont pas encore fait, à adhérer à cet instrument juridique important dans le domaine de la protection physique des matières nucléaires.

En effet, la CPPNM fournit les outils nécessaires pour protéger les installations nucléaires, ainsi que les matières nucléaires utilisées, entreposées et transportées au niveau national et international. En outre, elle peut contribuer à garantir que toute personne impliquée dans des actes criminels impliquant des matières nucléaires se verra refuser l’asile sûr et sera traduite en justice.

Il y a lieu de souligner que le Royaume du Maroc a ratifié toutes les conventions internationales de sécurité et de sûreté nucléaires y compris la CPPNM et son amendement, ce qui lui a concédé une reconnaissance à l’échelle internationale, qui se traduit par la désignation du Royaume pour la présidence et/ou la participation à des évènements internationaux.

Par ailleurs, le Royaume du Maroc demeure disposé et déterminé à partager son expertise avec le continent africain, en mettant ainsi ses plateformes techniques, son expérience et l’expertise de ses ressources humaines à la disposition des pays confrères africains.


The-Gate-to-Africa.png

30 novembre 2020

L’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) a émis, le 21 novembre 2020, une nouvelle publication sur la sécurité du transport intitulée « Programme d’exercices : La porte de l’Afrique (Gate to Africa) : Exercices conjoints maroco-espagnols sur table et sur le terrain sur la sécurité du transport maritime des matières radioactives ». Cette publication relate les détails de la planification, de la conduite et de l’évaluation de la série d’exercices « Gate to Africa » réalisés sur table et sur le terrain en 2015.

Par ailleurs, cette publication résume le programme d’exercices « Gate to Africa », dont le principal objectif était de discuter et d’évaluer l’état de préparation et de réponse à un éventuel événement de sécurité nucléaire impliquant le transport maritime de sources radioactives. Elle décrit également les scénarios et la méthodologie utilisés et met en avant les leçons apprises et les résultats de chaque exercice réalisé dans cette série.

En effet, cette publication est destinée à aider les autres États membres de l’AIEA intéressés par la mise en œuvre de leurs propres exercices de sûreté du transport, en leur offrant une référence documentaire avec des données précises et des cas pratiques.

Pour rappel, le Royaume du Maroc, l’Espagne et l’AIEA ont organisé conjointement, en 2012, un séminaire technique sur le risque du terrorisme nucléaire. Cela a conduit à l’adoption d’un plan d’action conjoint qui a fourni un cadre adéquat pour la conduite d’exercices en cas d’événements de sécurité nucléaire et d’urgences radiologiques. Le programme d’exercices « Gate to Africa » sur la sécurité du transport est une mise en œuvre du plan d’action conjoint.

Les leçons apprises de ces exercices ont également été utilisées pour élaborer une autre publication de l’AIEA sur la préparation, la conduite et l’évaluation des exercices de sécurité du transport des matières nucléaires et d’autres matières radioactives ainsi que pour la révision du guide d’application de l’AIEA sur la sécurité du transport des matières radioactives.

La participation du Royaume du Maroc à la préparation et à la conduite des exercices « Gate to Africa » représente une contribution substantielle au renforcement du régime international de sécurité nucléaire.

Rapport PDF : The Gate to Africa :Exercise programme: Morocco–Spain joint tabletop and field exercises on Maritime Security of Radioactive Material in Transport


X
X
Aller au contenu principal