Archives des Non classifié(e) - AMSSNuR

ambassade-belgique.jpg

15 mars 2022

Dans le cadre de son projet de coopération technique avec l’Institut des Radioéléments Belge-Lab (IRE Lab), l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR), (IRE Lab) et l’Agence Belge de Développement au Maroc (ENABEL) ont tenu une réunion à l’Ambassade du Royaume de Belgique à Rabat, le 8 mars 2022 pour discuter de l’état d’avancement du projet de coopération entre ces deux institutions.

Ont participé à cette rencontre S.E. l’Ambassadrice de la Belgique au Maroc Mme Véronique PETIT, la conseillère politique et économique, Mme Katherine RAEYMAEKERS, le Directeur d’AMSSNuR par intérim M. Mounji ZNIBER, ainsi que des représentants des départements techniques d’AMSSNuR.

Ce projet de coopération technique s’inscrit dans le cadre des activités de contrôle réglementaire d’AMSSNuR, en particulier l’appui à l’Etat pour la mise en place d’un programme national de surveillance radiologique de l’environnement, en collaboration avec les parties concernées au niveau national. L’objectif est d’assurer un suivi des niveaux de la radioactivité dans l’environnement et de contrer de manière adéquate toute élévation anormale de ces niveaux qui pourrait être occasionnée par des activités radiologiques et nucléaires au Royaume ou dans les pays voisins et d’assurer, de ce fait, la protection du public et de l’environnement contre les risques des rayonnements ionisants inhérents à ces activités.

Outre la Commission Européenne (CE), pourvoyeur de fonds de ce projet, l’Agence Belge de Développement au Maroc (ENABEL), ainsi que le Service Public Fédéral-Economie de la Belgique (SFP) font parties intégrantes dudit projet.

Lors de cette réunion, les responsables d’AMSSNuR ont souligné l’importance de mettre en œuvre des dispositifs de surveillance de la radioactivité de l’environnement lui permettant d’opérer une veille permanente en matière de radioprotection sur le territoire national. Pour ce faire, des discussions sur les lignes directives de ce projet dont, l’extension du réseau de surveillance on-line, la quantité et la typologie des sondes à installer, la localisation des sites d’installation des sondes, l’évaluation des infrastructures et le planning ont eu lieu. Une présentation sur l’extension récente dudit réseau de surveillance et d’une visite à la station de supervision d’AMSSNuR ont également été programmées.

En effet, AMSSNuR a procédé auparavant à l’élaboration et la soumission au Chef du Gouvernement d’un projet de stratégie nationale de surveillance radiologique de l’environnement, d’une part, et à l’installation et la mise en service de six sondes de la mesure de la radioactivité, en partenariat avec la Direction Générale de la Météorologie (DGM), au siège d’AMSSNuR et dans des sites à Casablanca, El Jadida, Fès et Tanger, d’autre part.

Dans cette optique, et en vue de renforcer les capacités nationales en matière de surveillance radiologique de l’environnement et de couvrir l’ensemble du territoire national, ce projet de coopération prévoit, entre outres, la fourniture et l’installation d’autres sondes supplémentaires de mesure de la radioactivité dans toutes les matrices de l’environnement. De cette manière, AMSSNuR aura accès en temps réel aux données recueillies depuis les différentes régions du Royaume.


blues-et-vertes.jpg

12 décembre 2019

Dans le cadre de l’Initiative Globale de Lutte contre le Terrorisme Nucléaire (IGLTN), coordonnée au niveau national par le Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération Africaine et des Marocains Résidant à l’Etranger, l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques ‘AMSSNuR’ a contribué à l’organisation d’un exercice international sur la détection nucléaire aux frontières dites « bleues et vertes », qui a eu lieu du 3 au 5 décembre 2019 à Tanger.

Portant sur les points d’entrée non officiels aux frontières terrestres et maritimes, cet atelier avait pour objectif de renforcer les compétences décisionnelles et opérationnelles, d’améliorer la coordination et la communication entre les organismes concernés lors des alertes par information ou par instruments, de présenter la Convention internationale pour la répression des actes de terrorisme nucléaire (ICSANT) et le processus de sa mise en œuvre, ainsi que d’autres instruments juridiques internationaux pertinents permettant le renforcement de la sécurité nucléaire aux frontières, les échanges d’informations et la coopération internationale.

Cet atelier a permis à AMSSNuR et aux organismes nationaux concernés, de partager le retour d’expérience marocaine avec le reste des pays participants, en particulier les pays africains, d’identifier les défis restants et les éléments clés pour y faire face en vue d’aligner et de renforcer les capacités nationales pour le développement d’une architecture de détection nationale globale et efficace.

Enfin, cet exercice/atelier, auquel ont pris part 103 participants représentant une trentaine de pays d’Afrique, d’Amérique, d’Asie et d’Europe, ainsi que des organismes internationaux dont l’AIEA, l’Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (UNICRI), l’Office des Nations Unies contre le terrorisme (UNOCT), l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (UNODC), a été l’occasion de partager les bonnes pratiques des pays qui ont déjà une expérience dans le domaine, et d’identifier d’autres défis communs dans le développement d’une architecture de détection nationale.

 


atelier-2018.jpg

12 septembre 2018

Du 3 au 7 septembre 2018, l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) a abrité un atelier de base sur la recherche et la sécurisation des sources radioactives. Cet atelier a été animé par des experts de l’Office de Sécurité Radiologique (ORS) relevant de l’Administration Nationale de Sécurité Nucléaire du Département de l’Energie Américain.

Cet atelier a été organisé suite à un don d’équipements de détection par le Département de l’Energie Américain. Il avait pour objectif la familiarisation des participants avec les notions de base sur la recherche et la sécurisation des sources radioactives orphelines, l’explication des modes de fonctionnement des différents équipements de détection utilisés successivement pour la recherche des sources, leur localisation effective, leur identification, ainsi que la présentation des moyens qui peuvent être utilisés pour leur sécurisation. L’utilisation effective des équipements de détection lors d’exercices en salle et sur le terrain ont permis aux participants de mettre en application les connaissances acquises durant l’atelier.

DSC_0072

DSC_0044

Ont pris part à cet atelier, dix participants nationaux représentants AMSSNuR et le Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN), ainsi que quatorze participants étrangers du Liban et du Sultanat d’Oman.


DSC_0003-1280x851.jpg

7 février 2018

Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet INSC-MO3.01/15 de coopération avec l’Union Européenne, qui porte sur le renforcement des capacités d’AMSSNuR en tant qu’organisme réglementaire de sûreté et de sécurité nucléaires et radiologiques, un atelier national sur la préparation et la conduite des interventions en cas de situation d’urgence nucléaire ou radiologique a eu lieu le 3 juillet 2018 à Rabat.

Cet atelier a été animé par des experts de l’Union Européenne relevant des organismes réglementaires de sûreté nucléaires et des supports techniques, à savoir : M. Jean-François DODEMAN de l’Agence de Sûreté Nucléaire (France); M. François VALLETTE de l’Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (France); M. Rafael J.CARO de Technatom (Espagne) et Chef de Projet à RiskAudit et M. Didier DEGUELDRE de BelV (Belgique).

Regroupant une vingtaine des départements et organismes nationaux concernés par les situations d’urgence nucléaire ou radiologique, l’objectif de cet atelier est de présenter les bonnes pratiques des trois pays européens (Belgique, France et Espagne) en matière de prévention et de gestion des situations d’urgence nucléaire ou radiologique, ensuite d’assister lesdits départements à l’élaboration du Plan National d’Intervention en cas de Situations d’Urgence Nucléaire ou Radiologique (PNI-SUNR), y compris les processus de prise de décision, la définition des rôles, des responsabilités et des mécanismes de coordination.


X
X
Aller au contenu principal