Le Royaume du Maroc préside la réunion des experts juridiques et techniques pour réviser les fondements de la sécurité nucléaire

31 janvier 2022
Nuclear-Safety_-Morocco-Poised-to-Lead-African-Nuclear-Cooperation-1024x683-1.jpg

Le Royaume du Maroc a présidé, du 25 au 27 janvier 2022 en la personne de Dr Khammar Mrabit, la réunion hybride des experts juridiques et techniques pour réviser les fondements de la sécurité nucléaire, organisée par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) à Vienne.

L’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) a pris part virtuellement à cet évènement et a rappelé que le Royaume du Maroc a mis à jour sa législation en 2014, en adoptant la loi 142-12 relative à la sûreté et à la sécurité nucléaires et radiologiques et à la création d’AMSSNuR. Cette loi s’appuie sur les instruments internationaux pertinents et les fondements et les orientations de l’AIEA en matière de sécurité nucléaire.

Les fondements de la sécurité nucléaire de l’AIEA encore appelés « Objectif et éléments essentiels du régime de sécurité nucléaire d’un État » ont pour objectif d’aider les Etats membres à mettre en place, à revoir si besoin est, ou à renforcer leurs régimes nucléaires existants en présentant aux décideurs et aux autorités compétentes des recommandations ainsi que des orientations.

Cet événement avait pour objectif de recueillir les commentaires et les perspectives des États membres de l’AIEA concernant la nécessité de la révision desdits fondements et de discuter l’impact que ladite révision pourrait avoir sur les cadres législatifs et réglementaires des pays ayant été établis selon ces normes, sachant que le processus de révision du cadre législatif, dans la plupart des pays, requiert du temps et de l’énergie.

Les discussions ont également porté sur les types de changements, mineurs ou limités et sur la possibilité d’entreprendre des révisions à court terme.

AMSSNuR a aussi mis en avant sa désignation comme 1er centre régional de collaboration en matière de sécurité nucléaire en Afrique en 2021, ce qui lui permettra de soutenir les activités de l’AIEA visant à améliorer la sécurité nucléaire sur le continent et ce, en renforçant les cadres réglementaires et la sécurité des sources radioactives, d’une part, et en apportant le soutien nécessaire au renforcement des capacités dans ces domaines, d’autre part.

X
X
Aller au contenu principal