Signature d’accord de désignation d’AMSSNuR en tant que Centre Collaborateur africain de l’AIEA pour le renforcement des capacités en matière de sécurité nucléaire

13 juillet 2021
CC-AIEA-AMSSNuR-1280x853.jpg

Le 13 juillet 2021, s’est tenue à Vienne la cérémonie de signature d’un accord entre l’Agence Marocaine de Sûreté et de Sécurité Nucléaires et Radiologiques (AMSSNuR) et l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), et de remise de la plaque de « Centre Collaborateur ».

Ont participé à cet évènement :

  1. E. M. Azzedine FARHANE, Ambassadeur et représentant permanent du Royaume auprès des Organisations Internationales à Vienne ;
  2. Khammar MRABIT, Directeur Général d’AMSSNuR ;
  3. Mme Lydie Evrard, Directrice Générale Adjointe Chef de la Division de la Sûreté et de la Sécurité Nucléaires à l’AIEA ;
  4. Mme Elena Buglova, Directrice de la Division de la Sécurité Nucléaire à l’AIEA ;
  5. Daming Liu, Chef de la Section de la Sécurité Nucléaire des matières hors contrôle réglementaire à l’AIEA ;
  6. Nigel Tottie, Chef du Service de l’infrastructure de réponse institutionnelle, matières hors contrôle réglementaire à l’AIEA ;
  7. Sasha Damjanac, Chef de la Section de la Gestion des contrats de recherche à l’AIEA ; et
  8. Fei Liu, Chargé de la Sécurité Nucléaire des matières hors contrôle réglementaire à l’AIEA.

En vertu de cet accord, AMSSNuR devient le 1er Centre Collaborateur africain de l’AIEA pour le renforcement des capacités en matière de sécurité nucléaire, pour la période 2021-2024, selon un plan d’action spécifique visant à :

  • Assister les États membres dans l’élaboration du cadre réglementaire relatif à la sécurité nucléaire de leurs pays respectifs ;
  • Développer les capacités nationales et régionales, notamment africaines ;
  • Renforcer la coopération régionale et internationale dans le domaine de la sécurité nucléaire.

A l’occasion de la signature de cet accord, les deux parties ont passé en revue les différentes opportunités de coopération visant le renforcement des capacités, nationales et régionales, en matière de sécurité nucléaire.

En outre, M. Khammar MRABIT a réitéré l’engagement d’AMSSNuR à renforcer les capacités en matière de sécurité nucléaire à travers plusieurs canaux, notamment les réseaux de coopération tels que le Forum des Autorités Réglementaires en Afrique (FNRBA), à faciliter la coopération entre l’AIEA et les autres pays africains en matière de formation, de partage de connaissances et d’expériences dans le domaine de la sécurité nucléaire, et ce, en harmonie avec la vision perspicace et clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu Le glorifie, en faveur du raffermissement de la coopération Sud-Sud.

Assurément, cette désignation d’AMSSNuR, à très haut niveau, comme premier Centre Collaborateur africain pour le renforcement des capacités en matière de sécurité nucléaire, constitue une reconnaissance internationale des efforts entrepris par le Royaume du Maroc dans le domaine de la sécurité nucléaire et témoigne de l’excellence des relations de coopération entre notre pays et l’AIEA et de la réputation de la sécurité nucléaire au Royaume du Maroc au niveau mondial.

Pour rappel, AMSSNuR est chargée d’approuver les mesures prises par les exploitants lors de la soumission de demandes d’autorisations et de vérifier, lors des inspections réglementaires, le respect des dispositions de la loi n° 142-12 et des textes réglementaires pris pour son application. Ceci a pour but d’assurer la protection des matières nucléaires et d’autres matières radioactives contre le vol ou le sabotage pendant l’utilisation, l’entreposage ou le transport, ainsi que la protection des installations associées, et ce, conformément aux engagements internationaux en matière de sécurité nucléaire, tels que la Convention de Protection Physique des Matières Nucléaires (CPPMN) et son Amendement, ainsi qu’aux recommandations internationales en la matière.

Cette reconnaissance vient couronner les efforts fournis par AMSSNuR depuis sa création dans le domaine de la sûreté et de la sécurité nucléaires et radiologiques et sa veille permanente sur toutes les opportunités pour les mettre en faveur des pays africains membre de l’AIEA.

X
X
Aller au contenu principal