Participation du Directeur Général d’AMSSNuR à un webinaire de l’AIEA sur les urgences déclenchées par des événements de sécurité nucléaire

Le Directeur Général d’AMSSNuR, Dr Khammar Mrabit, a pris part à un webinaire organisé par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) en collaboration avec l’Agence européenne spécialisée dans la répression de la criminalité (EUROPOL), le mercredi 20 mai 2020. L’objectif était de présenter les orientations et les standards de l’AIEA dans le cadre de la préparation et de la réponse à des situations d’urgence nucléaire ou radiologique initiées par des événements de sécurité nucléaire ; de partager l’expérience d’Europol et du Royaume du Maroc et de discuter les défis et bonnes pratiques  dans ce domaine.

Plusieurs thématiques ont été abordées lors de cette rencontre virtuelle à laquelle ont participé  plus de 250 personnes représentant les différents Etats membres de l’AIEA, telles que les rôles et les responsabilités de l’AIEA en matière de réponse aux situations d’urgence, de notification, d’échange d’information, de demande d’assistance et de développement de compétences en termes de préparation et de réponse aux situations d’urgence nucléaire ou radiologique. Les rôles et les activités d’ Europol en ce qui concerne l’intervention en cas de crimes liés aux matières nucléaires et radiologiques ont également été présentés.

La participation d’AMSSNuR à ce webinaire s’est traduite par l’intervention de son Directeur Général qui préside en parallèle le Réseau International pour l’Education et la Formation en matière de Préparation et de Conduite des Interventions en cas de situation d’urgence nucléaire ou radiologique (iNET-EPR). Dr Mrabit a présenté l’expérience du Royaume du Maroc dans l’organisation, conjointement avec l’AIEA, de l’exercice de crise Convex-3 en 2013,  intitulé ‘Bab Al Maghrib’ auquel 59 Etats-membres de l’AIEA et 9 organisations internationales ont participé.

Dr Mrabit a mis en exergue les objectifs de cet exercice qui a eu lieu dans notre pays, à savoir, entre autres, de tester les mécanismes de notification et d’activation ; d’évaluer la coordination entre les parties prenantes et de tester les arrangements pour la fourniture d’assistance technique au niveau national et pour la demande d’assistance internationale dans ce domaine et, finalement, d’évaluer l’efficacité du système national de réponse en cas de situation d’urgence nucléaire ou radiologique.  . Au niveau international, la finalité était de permettre aux États membres d’évaluer le système de réponse en cas d’urgence radiologique déclenchée par un événement de sécurité nucléaire, d’évaluer le système international de management des urgences et d’identifier les bonnes pratiques et les pistes d’amélioration à l’échelle multilatérale.

Dr Mrabit a également évoqué les défis confrontés lors dydit exercice, notamment la confidentialité de l’information, la communication avec le public et les médias, le manque de personnel dédié, l’échange d’information entre les autorités compétentes et la coordination de l’intervention.  Il a rappelé que les visioconférences, l’implication des médias, le renforcement des compétences et les formations constituent de bonnes pratiques pour la préparation à la conduite des interventions en cas de situation d’urgence.

Enfin, Dr Mrabit a fait savoir qu’au niveau national, le plan national d’intervention en cas de situation d’urgence nucléaire ou radiologique, qui est en phase de finalisation, a été établi en collaboration avec tous les organismes nationaux concernés, tout en respectant les exigences de l’AIEA en termes de préparation et de réponse aux urgences nucléaire ou radiologique.

Laisser un commentaire